19 janvier 2014 7 19 /01 /janvier /2014 12:01


http://ahp.li/8f2279982122a022fa39.gif

Sais-tu qui je suis ?
Le rayon de lune.
Sais-tu d'où je viens ?
Regarde là-haut.
Ma mère est brillante,
Et la nuit est brune;
Je rampe sur l'arbre
Et glisse sous l'eau;
Je m'étends sur l'herbe
Et cours sur la dune;
Je grimpe au mur noir,
Au tronc du bouleau,
Comme un maraudeur
Qui cherche fortune;
Je n'ai jamais froid,
Je n'ai jamais chaud.

(Guy de Maupassant)

Partager cet article

Repost0
2 juin 2013 7 02 /06 /juin /2013 11:35


http://www.archive-host.com/link/c3a23ada897b4c78f8a3e552b34f68a9e948180c.gif


Qui a mordu dans la lune
Il n'en reste qu'un croissant ?
Où est donc la pleine lune
Toute en or et en argent ?
Elle a tellement disparu
Qu'il n'en reste bientôt plus.

(Tradition)

Ecouter la mélodie :

Partager cet article

Repost0
10 mars 2010 3 10 /03 /mars /2010 18:00
Madame la lune
Toi qui sais si bien
Faire des croissants, là-haut,
Madame la lune,
Pour demain matin,
J’en voudrais un gros, tout chaud,
Pour le miel,
Je demanderai au soleil,
Pour le lait,
J’appellerai la Voie lactée.

(Tradition)


Partager cet article

Repost0
25 février 2010 4 25 /02 /février /2010 19:00
Brille, brille, petite étoile !
Dis-moi, dis-moi, qui tu es.
Tout en haut du firmament
Tu as l'éclat d'un diamant.
Brille, brille, petite étoile !
Dis-moi, dis-moi, qui tu es.

(Tradition)


Ecouter la mélodie :

Partager cet article

Repost0
4 février 2010 4 04 /02 /février /2010 19:00
Soleil, boule de feu,
Sans pareil dans les cieux
De qui es-tu le ballon ?

De quelle petite fille ?
De quel petit garçon ?

La petite fille est-elle gentille ?
Le petit garçon est-il mignon ?

Soleil dis-moi oui !
Soleil dis-moi non !

(Tradition)


Partager cet article

Repost0
26 janvier 2010 2 26 /01 /janvier /2010 19:00
C'était dans la nuit brune,
Sur le clocher jauni,
La lune
Comme un point sur un i.

Lune, quel esprit sombre
Promène au bout d'un fil
Dans l'ombre
Ta face et ton profil ?

N'es-tu rien qu'une boule ?
Qu'un grand faucheux bien gras
Qui roule
Sans pattes et sans bras ?

Est-ce un ver qui te ronge,
Quand ton disque noirci
S'allonge
En croissant rétréci ?

Qui t'avait éborgnée
L'autre nuit ?
T'étais-tu cognée
A quelque arbre pointu ?

Je viens voir à la brune
Sous le clocher jauni
La lune
Comme un point sur un i.

(Alfred de Musset)

Partager cet article

Repost0
7 septembre 2009 1 07 /09 /septembre /2009 17:30
Les ajoncs éclatants, parure du granit,
Dorent l'âpre sommet que le couchant allume;
Au loin, brillante encor par sa barre d'écume,
La mer sans fin commence où la terre finit.
A mes pieds c'est la nuit, le silence. Le nid
Se tait, l'homme est rentré sous le chaume qui fume.

Seul, l'Angélus du soir, ébranlé dans la brume,
A la vaste rumeur de l'Océan s'unit.
Alors, comme du fond d'un abîme, des traînes,
Des landes, des ravins, montent des voix lointaines
De pâtres attardés ramenant le bétail.
L'horizon tout entier s'enveloppe dans l'ombre,
Et le soleil mourant, sur un ciel riche et sombre.

(José-Maria de Heredia)

Partager cet article

Repost0
10 août 2009 1 10 /08 /août /2009 18:30

La lune blanche
Luit dans les bois;
De chaque branche
Part une voix
Sous la ramée...
Ô bien-aimée.

L’étang reflète,
Profond miroir,
La silhouette
Du saule noir
Où le vent pleure...
Rêvons, c’est l’heure.

Un vaste et tendre
Apaisement
Semble descendre
Du firmament

C’est l’heure exquise.

(Paul Verlaine)

Partager cet article

Repost0
7 août 2009 5 07 /08 /août /2009 18:45

J'aime les soirs sereins et beaux, j'aime les soirs,
Soit qu'ils dorent le front des antiques manoirs
Ensevelis dans les feuillages;
Soit que la brume au loin s'allonge en bancs de feu;
Soit que mille rayons brisent dans un ciel bleu
A des archipels de nuages.
Oh ! regardez le ciel ! cent nuages mouvants,
Amoncelés là-haut sous le souffle des vents,
Groupent leurs formes inconnues;
Sous leurs flots par moments flamboie un pâle éclair.
Comme si tout à coup quelque géant de l'air
Tirait son glaive dans les nues.
Le soleil, à travers leurs ombres, brille encor;
Tantôt fait, à l'égal des larges dômes d'or,
Luire le toit d'une chaumière;
Ou dispute aux brouillards les vagues horizons;
Ou découpe, en tombant sur les sombres gazons,
Comme de grands lacs de lumière.
Puis voilà qu'on croit voir, dans le ciel balayé,
Pendre un grand crocodile au dos large et rayé,
Aux trois rangs de dents acérées;
Sous son ventre plombé glisse un rayon du soir;
Cent nuages ardents luisent sous son flanc noir
Comme des écailles dorées.
Puis se dresse un palais. Puis l'air tremble, et tout fuit.
L'édifice effrayant des nuages détruit
S'écroule en ruines pressées;
Il jonche au loin le ciel, et ses cônes vermeils
Pendent, la pointe en bas, sur nos têtes, pareils
A des montagnes renversées.
Ces nuages de plomb, d'or, de cuivre, de fer,
Où l'ouragan, la trombe, et la foudre, et l'enfer
Dorment avec de sourds murmures,
C'est Dieu qui les suspend en foule aux cieux profonds,
Comme un guerrier qui pend aux poutres des plafonds
Ses retentissantes armures.
Tout s'en va ! Le soleil, d'en haut précipité,
Comme un globe d'airain qui, rouge, est rejeté
Dans les fournaises remuées,
En tombant sur leurs flots que son choc désunit
Fait en flocons de feu jaillir jusqu'au zénith

(Victor Hugo)

Partager cet article

Repost0
19 juillet 2009 7 19 /07 /juillet /2009 18:00
La lune blanche
Luit dans les bois ;
De chaque branche
Part une voix
Sous la ramée ...
Ô bien-aimée.
L'étang reflète,
Profond miroir,
La silhouette
Du saule noir
Où le vent pleure ...
Rêvons, c'est l'heure.
Un vaste et tendre
Apaisement
Semble descendre
Du firmament
Que l'astre irise ...
C'est l'heure exquise.

(Paul Verlaine - La bonne chanson)

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog à rêves de Jolie Tendresse
  • : Images, poèmes, citations, comptines... partagés avec tendresse pour faire entrer dans votre coeur une part de rêve
  • Contact

Haut de la page = double clic

Recherche

Liens Recommandés